Conseillère Régionale SUD (PACA), élue Modem des Alpes-Maritimes, Laurence Boetti Forestier a été sollicitée par l’équipe DITER* pour mener une réflexion collective sur l’incidence de la pandémie dans la zone frontalière avec l’Italie et la Principauté de Monaco. Sa contribution intègre la mission qui lui a été confiée par le Président de Région Renaud Muselier, suite à l’installation d’une cellule diplomatique pendant la crise sanitaire.

La fermeture des frontières, décidée d’Etat à Etat, a mis en exergue l’absence de prise en compte des spécificités locales au niveau de Fanghetto sur la frontière franco-italienne. En cette période de pandémie Covid-19, les soutiens adressés par Laurence Boetti Forestier aux élus de la Ligurie et du Piémont ainsi qu’aux agences sanitaires locales italiennes, témoignent de la nécessité de prévoir un projet de coopération transfrontalier pour la zone italo-franco-monégasque en vue d’un dé-confinement élargi.

Laurence Boetti Forestier et le nouveau Maire de Breil-sur-Roya Sébastien Olharan ont identifié depuis bien avant la crise sanitaire un manque de consultation et de coopération transfrontalière :

· Le Tunnel de Tende : fiasco d’un projet qui faisait pourtant consensus entre France et Italie

· La ligne ferroviaire Nice-Breil-Vintimille-Cunéo à l’épreuve du « multi-niveau »

· La crise migratoire ou la diplomatie territoriale inexistante

· L’arrêté anti-poids-lourds dans la Roya : de bons sentiments en l’absence de concertation

· Le tunnel d’Airole : l’information s’arrête à la frontière

Tous-deux ont ainsi mis en évidence une double difficulté rencontrée par les acteurs locaux :

- le multi-niveau qui empêche d’identifier les bons interlocuteurs pouvant détenir des solutions aux problèmes du territoire de part et d’autre de la frontière ;

- l’absence d’un véritable mécanisme de coopération entre les autorités françaises et italiennes qui interviennent sur le territoire.

Fort des contributions des élus de terrain et de la MOT*, l’équipe DITER* a remis un rapport synthétique de ce travail collaboratif et propose la mise en place de deux mécanismes innovants de coopération dans la gestion de crise dans un cadre interrégional :

- L’application d’une approche multi-niveau et multi-acteur à la lutte contre la pandémie dans sa phase actuelle

- L’approche fonctionnelle de la coopération frontalière

Laurence Boetti Forestier suggère qu’un cadre universitaire puisse offrir à cette coopération un terrain neutre et le recul nécessaire pour dépasser les inquiétudes et les clivages politiques.

Elle s’est également rapprochée de la Ministre Modem Jacqueline Gourault dans le cadre de l’expérimentation réglementaire ouverte aux collectivités territoriales.

*DITER : Diplomatie territoriale, programme de recherche universitaire, soutenu par la Région SUD (PACA) et de la Métropole Nice Côte d’Azur, dirigé par Philippe Weckel et Robert Botteghi.

*MOT : mission opérationnelle transfrontalière qui regroupe des acteurs des territoires frontaliers (instances locales, états, entreprises, agences d’urbanisme, associations, fédérations…)


Le mardi 12 novembre, le Modem06 a lancé sa série des "forums du territoire", au Forum Jorge François à Nice, avec un parrain de qualité.

Nous remercions chaleureusement, M. Richard Ramos, Député du Loiret,Conseiller municipal de Fay aux Loges, Secrétaire Général Adjoint du Mouvement Démocrate, d'avoir fait le déplacement pour soutenir cette initiative locale.

Nous avons eu le plaisir de partager avec visiteurs et adhérents, notamment sur le sujet des Municipales de 2020.

Nous remercions tous ceux qui se sont joins à nous pour cette soirée conviviale et constructive.

Vous trouverez ci-dessous l"article de Nice-Matin relatif à cet événement.


Article du Nice-matin du 13 novembre 2019


Le Modem ne présentera aucune liste propre, tirée par un candidat issu de ses rangs, aux municipales dans les Alpes-Maritimes.

Il n'entend pas moins peser à sa manière sur le scrutin en nouant des alliances. Avec pour objectif avoué d'obtenir autant de conseillers municipaux que possible, pour faire avancer ses idées.

La difficulté, pour le parti de François Bayrou, étant de définir avec qui s'allier désormais : avec LREM, son nouveau partenaire depuis la présidentielle, ou avec Les Républicains, avec lesquels il a conquis diverses municipalités en 2017 puis la Région fin 2015?

Cette réflexion, parmi d'autres, était à l'ordre du jour du Forum des territoires, organisé par le mouvement, mardi soir à Nice, à l'initiative de son Président département Nicolas Roland.

Richard Ramos, député du Loiret et secrétaire adjoint du parti, avait fait le déplacement. "Aux municipales, a-t-il insisté, les gens enracinés comme nous ont leur place. Nous allons donc d'abord regarder les projets et les hommes et les femmes qui les portent, sans parler de gauche ni de droite".

Au cœur du"socle de valeurs" du Modem qui sert de grille de lecture, ce pourfendeur de la malbouffe évoque l'écologie, dans les gènes de notre mouvement depuis l’origine".


UNE STRATEGIE AU CAS PAR CAS

En pratique , c'est une stratégie à la carte que va déployer le Modem dans les Alpes-Maritimes.

"En étant d'abord fidèles à nos engagements pour continuer le travail entrepris", indique Nicolas Roland. En clair, le Modem d'apprête à priori à faire liste commune avec plusieurs maires LR sortants. Que ce soit à Cagnes-sur-mer, à Cannes, à Saint-Laurent-du-Var et plus encore à Nice, où Nicolas Roland ne voit aucune raison de s'opposer à l'action de Christian Estrosi.

"Nous négocions des soutiens avec participation, pour intégrer les conseils municipaux et faire valoir nos positions", décrypte le président départemental.

A contrario, le parti orange pourrait toutefois s'allier avec des candidats LREM dans des villes de l'ouest, Grasse ou Antibes notamment, où il est moins implanté.


L'EPINE MENTONNAISE

Les réflexions restent ouvertes un peu partout.

Et plus encore à menton, résumé d'école des embarras du Modem.

Nicolas Roland pousse pour que la Députée LREM Alexandra Valetta-Ardisson y soit candidate, auquel cas son parti la soutiendrait.

Mais il n'exclut pas non plus une alliance avec le maire LR sortant Jean-Claude Guibal, voire avec le candidat UDI Patrice Novelli. La seule idée tranchée étant "de faire barrage au Rassemblement national dont Olivier Bettati est le faux nez".

1
2