Focus sur Andrée Alziari-Nègre


Andrée Alziari-Nègre, du Mouvement Démocrate des Alpes-Maritimes, est conseillère municipale de Nice, conseillère métropolitaine de la métropole Nice-Côte d’Azur, conseillère régionale, membre de la commission "Biodiversité, Développement durable, Parcs naturels régionaux et Mer". Elle a fait de l'environnement - et de la préservation des abeilles en particulier - l'un de ses principaux combats politiques. Entretien. 


Mouvement Démocrate - Quelle est l’origine de votre engagement pour la biodiversité ?

Andrée Alziari-Nègre - Le territoire des Alpes-Maritimes qui m’a vu grandir et dont ma famille est originaire depuis plusieurs générations est un espace unique au monde.

Nous sommes face à un territoire à haute valeur environnementale, qui fait partie d'un plus grand ensemble climatique : le bassin méditerranéen.

Malheureusement, il est aussi un territoire en danger de par sa position transitionnelle entre un climat aride et un climat tempéré et pluvieux. Les impacts du réchauffement climatique sur les paysages et l’activité humaine de la Région Sud seront nombreux, très variables et difficilement prévisibles.

"Il faut tout faire, dès à présent, pour les préserver et laisser aux générations futures ce patrimoine intact. "  

Il faut donc défendre notre patrimoine culturel immatériel ne serait-ce que pour son action positive sur notre territoire et son environnement.


Qu’avez-vous mis en place pour la préservation des abeilles plus spécifiquement ?

Le rôle de pollinisation des abeilles et des autres pollinisateurs n’est plus à démontrer.

Les différents plans d'actions en faveur des abeilles et autres pollinisateurs (Plan Climat "Une COP d’avance" et le Plan "Sauvons les Abeilles") voulus par le Président du conseil régional, Renaud Muselier, pour la région Sud et par la Métropole Nice Côte d’Azur, avec qui le Mouvement Démocrate des Alpe-Maritimes collabore, s’organisent principalement autour de 3 axes de développement :

Créer et mieux gérer des espaces naturels favorables aux pollinisateursSensibiliser le grand public, les consommateurs et tous les acteurs publics ou privés des filières concernées (notamment sur la diminution de l’emploi des pesticides et des fongicides)Encourager le développement d’une filière apicole locale durable, innovante et actrice de la sauvegarde de la biodiversité.


Est-ce que le rôle pollinisateur des abeilles a une importance particulière dans le maintien de la biodiversité méditerranéenne ?

Les abeilles mellifères et sauvages jouent un rôle central par leur action pollinisatrice mais également de par leur fonction "de sentinelle lanceur d’alertes" : observer les troubles et l’évolution de la mortalité qui affectent des colonies d’abeilles nous renseigne, de manière indubitable, sur les atteintes à l’environnement.


Quelles actions simples mettre en place pour favoriser la préservation des abeilles ?

Le Plan Climat "une COP d’Avance" mené par la Région Sud (soutenu par le Mouvement Démocrate) allouera à la fin du mandat en 2021 un tiers de son budget à cette cause. La dotation, d’un montant de 400 000 €, se décline en plusieurs aides à destination des 3 130 apiculteurs et des 150 000 ruches exploitées de ce territoire : assistance technique, formation, aide à la modernisation des exploitations, aide à l’investissement, veille sanitaire, ruches sentinelles.

A côté de cela, nous entreprenons des actions de proximité et de sensibilisation avec mes collègues élus de la municipalité et de la Région, à destination du grand public et des acteurs locaux pour que des mesures simples et de bon sens soient entreprises car c’est l’action de tous qui permettra au Plan Climat de réussir.

Ainsi, les communes sont incitées à répertorier le foncier disponible de leur domaine public afin de le mobiliser pour la filière apicole, par l’implantation de nouvelles exploitations ou par la mise en place de jachères fleuries. Des expositions itinérantes sur des thèmes aussi variés que les plantes messicoles, celles qui accompagnent les moissons ou sur le rôle central des chauves-souris dans la préservation de notre cadre de vie sont également organisées sur tout le territoire de la Région Sud.


Comment sensibiliser en tant qu’élue les citoyens de votre ville sur ces sujets ?

Les citoyens sont désormais conscients de l’urgence climatique et de la nécessaire prise en compte de l’environnement dans leurs faits et gestes du quotidien.

Ils sont les premiers acteurs du changement par l’adoption de comportements vertueux, faiblement consommateurs en ressources naturelles car c’est d’abord et avant tout l’activité humaine dans son ensemble qui contribue au réchauffement climatique.

"La protection de l’environnement doit donc devenir un réflexe inné à tous ; à nous élus, de conscientiser les citoyens en ce sens."

Quelle place donnez-vous à l’écologie aujourd’hui dans votre vie politique et personnelle ?

"L’écologie et toutes ses composantes doivent devenir notre prisme de lecture transversale de l’action publique et de la gouvernance urbaine territoriale : sa place est donc centrale."

C’est en ce sens que le Mouvement Démocrate est force de propositions et agira aux côtés de ses partenaires de la Région Sud pour que les programmes des prochaines échéances municipales soient novateurs et ambitieux sur ce point précis.

A nous, élus de terrain, de diffuser l’information auprès de nos concitoyens et les faire appliquer à l’échelon local dans nos collectivités.

Il n’est plus le temps de légiférer mais d’agir.


Vous êtes médecin, est-ce que votre écoute de la nature est aiguisée par votre profession ?

Je suis gynécologue depuis 40 ans et j’assiste à mon grand regret à une explosion des pathologies civilisationnelles et des Affections de Longue Durée chez mes patientes.

Ma double fonction de médecin et d’élue me rend témoin mais aussi actrice de ce changement.

Beaucoup de ses maladies seraient évitables ou apparaitraient plus tardivement ou de manière moins fréquente si les populations adoptaient un mode de vie environnementalement compatible et si les régulateurs offraient à nos concitoyens un cadre de vie moins pollués.

"L’urgence sanitaire à venir - car le fardeau climatique viendra sans aucun doute aggraver cette situation - doit donc nous rendre tous humble et bienveillant face à la nature car nous sommes au final tout aussi vulnérable, si ce n’est plus qu’elle."

Source : site national du Mouvement Démocrate

https://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/proteger-les-abeilles-pour-preserver-le-territoire-des-alpes-maritimes-image-3095-image