Laurence BOETTI-FORESTIER : au coeur de la ROYA transfrontalière.


Conseillère Régionale SUD (PACA), élue Modem des Alpes-Maritimes, Laurence Boetti Forestier a été sollicitée par l’équipe DITER* pour mener une réflexion collective sur l’incidence de la pandémie dans la zone frontalière avec l’Italie et la Principauté de Monaco. Sa contribution intègre la mission qui lui a été confiée par le Président de Région Renaud Muselier, suite à l’installation d’une cellule diplomatique pendant la crise sanitaire.

La fermeture des frontières, décidée d’Etat à Etat, a mis en exergue l’absence de prise en compte des spécificités locales au niveau de Fanghetto sur la frontière franco-italienne. En cette période de pandémie Covid-19, les soutiens adressés par Laurence Boetti Forestier aux élus de la Ligurie et du Piémont ainsi qu’aux agences sanitaires locales italiennes, témoignent de la nécessité de prévoir un projet de coopération transfrontalier pour la zone italo-franco-monégasque en vue d’un dé-confinement élargi.

Laurence Boetti Forestier et le nouveau Maire de Breil-sur-Roya Sébastien Olharan ont identifié depuis bien avant la crise sanitaire un manque de consultation et de coopération transfrontalière :

· Le Tunnel de Tende : fiasco d’un projet qui faisait pourtant consensus entre France et Italie

· La ligne ferroviaire Nice-Breil-Vintimille-Cunéo à l’épreuve du « multi-niveau »

· La crise migratoire ou la diplomatie territoriale inexistante

· L’arrêté anti-poids-lourds dans la Roya : de bons sentiments en l’absence de concertation

· Le tunnel d’Airole : l’information s’arrête à la frontière

Tous-deux ont ainsi mis en évidence une double difficulté rencontrée par les acteurs locaux :

- le multi-niveau qui empêche d’identifier les bons interlocuteurs pouvant détenir des solutions aux problèmes du territoire de part et d’autre de la frontière ;

- l’absence d’un véritable mécanisme de coopération entre les autorités françaises et italiennes qui interviennent sur le territoire.

Fort des contributions des élus de terrain et de la MOT*, l’équipe DITER* a remis un rapport synthétique de ce travail collaboratif et propose la mise en place de deux mécanismes innovants de coopération dans la gestion de crise dans un cadre interrégional :

- L’application d’une approche multi-niveau et multi-acteur à la lutte contre la pandémie dans sa phase actuelle

- L’approche fonctionnelle de la coopération frontalière

Laurence Boetti Forestier suggère qu’un cadre universitaire puisse offrir à cette coopération un terrain neutre et le recul nécessaire pour dépasser les inquiétudes et les clivages politiques.

Elle s’est également rapprochée de la Ministre Modem Jacqueline Gourault dans le cadre de l’expérimentation réglementaire ouverte aux collectivités territoriales.

*DITER : Diplomatie territoriale, programme de recherche universitaire, soutenu par la Région SUD (PACA) et de la Métropole Nice Côte d’Azur, dirigé par Philippe Weckel et Robert Botteghi.

*MOT : mission opérationnelle transfrontalière qui regroupe des acteurs des territoires frontaliers (instances locales, états, entreprises, agences d’urbanisme, associations, fédérations…)

18 vues